1 -Comment réussir le recrutement en situation de transition générationnelle ?
La cohabitation entre les générations X Y et Z est un des majeurs défis auxquels l'entreprise doit trouver la bonne formule pour sa réussite.    
Entre des profils seniors loyaux et parfois Techno exclus, et ceux qui sont à mi-chemin de leur carrière autonome et portent une forte exigence et la nouvelle génération Z bientôt sur le marché du travail très impatiente et originale, c'est tout à l'avantage de l'entreprise de réussir la cohabitation.

Si par exemple l'entreprise fonctionne par petits projets diversifiés, de courte durée et nécessitant la création d'un réseau (qui remplace la notion d'équipe) le réseau devra être composé de jeunes créatifs, rapides, actifs et transparents
Pour des projets nécessitant des changements et une grande capacité d'adaptation dans la durée, des profils à mi-chemin de leur carrière seront les plus appropriés.

Dans le cas où le sens de la hiérarchie et la capacité d'innovation managériale sont demandés pour la gestion de projets clés en main et de bout en bout le profil le plus approprié sera un senior expérimenté.  

Les profils sont dissemblables mais complémentaires, bien choisir les profils et leurs affectations par nature de projet selon les attentes de l'entreprise et les aspirations des candidats est un impératif pour la réussite des recrutements en situation de transition générationnelle

2- Quels métiers recommandez-vous pour les nouvelles générations ?
Les métiers pour la nouvelle génération dite souvent silencieuse ou connectée, solitaire et ayant soif d'entreprendre sont des types de projets nécessitant la création d'un réseau et de pouvoir "zapper" entre les sujets avec un fil conducteur afin de les garder concentrés. 

Selon un article paru à « La Tribune », pour mesurer l'effet de ces changements, le cabinet Ernst & Young n'hésite pas à parler d'une « révolution des métiers » dans les prochaines années. Leur étude indique que 90 % des dirigeants anticipent des changements majeurs dans les métiers de leurs équipes et 39 % pensent qu'ils vont toucher plus d'un quart de leurs effectifs".

« Les compétences, à la fois techniques et comportementales - polyvalence, adaptation au stress -, vont devenir plus importantes que les métiers. Ceux de l'informatique, par exemple, vont se diluer pour devenir des compétences nécessaires à de plus en plus de métiers dans tous les secteurs », précise Marc Lhermitte, associé chez Ernst & Young.
On ne parlera plus de métiers en tant que tels mais plutôt de compétences techniques et comportementales au service de plusieurs projets ou métiers

3- Comment rendre la GRH plus impactante pour maximiser l’engagement des collaborateurs de différentes générations ?
Trois éléments sont à prendre en considération afin de maximiser l'engagement dans un contexte de cohabitation générationnelle :

L’environnement de travail :
Une personne qui se sent comme chez elle au bureau ou sur le poste de travail sera plus productive et aura plus de facilité à s’insérer dans une logique de productivité.

Pour les entreprises, le choix des espaces de travail et leur optimisation doit alors être effectué en fonction des projets en cours : installer des espaces de coworking, dans des locaux adaptés (open space, bureaux modulables, …), réquisitionner une salle afin d’y instaurer des rituels réguliers (standup meeting, réunions quotidiennes, …), prévoir des espaces de détentes à destination des collaborateurs (salle de loisirs, salle de sport, …). On peut même envisager d’accorder des plages horaires adaptées ou de télétravail aux collaborateurs qui habitent loin ou qui en font la demande.

La culture et les valeurs : 
Il s’agit ici de trouver un équilibre entre la vision de l’entreprise, le leadership et les objectifs stratégiques fixés par la direction et la déclinaison de ces objectifs en objectifs individuels qui vont permettre aux collaborateurs de se développer individuellement

Plusieurs facteurs sont à prendre en compte dans une culture d’entreprise vouée à engager ses employés : la confiance accordée à chacun, une vision stratégique comprise et partagée, l’instauration d’une culture de la reconnaissance et de performance, le bien-être au travail, l’existence d’opportunités ou encore la convivialité et les moments de partages par équipe, projet ou des rencontres globales périodiques ainsi que la communication et la transparence

Les outils digitaux :
La révolution technologique que notre société connait a apporté de nombreux outils digitaux collaboratifs destinés à optimiser le travail en réseau et à susciter l’intérêt des collaborateurs. 

Il est important de prendre conscience que le fait de connecter les collaborateurs entre eux facilitera l’accès et le partage d’information.

Messageries instantanées, réseaux sociaux d’entreprise RSE, gestion collaborative et partagée des documents, plans d’actions en ligne, visioconférence ou apprentissage par voie numérique auront un impact positif sur le degré d'engagement du personnel vis à vis des projets d'entreprise