Newsletter 4

1- Que recommandez-vous pour un new deal post crise en management ?
Dans un monde en disruption, l'avenir est incertain pour la stratégie des entreprises, une nouvelle gouvernance est nécessaire non pas tant pour mobiliser autour d'une stratégie stable que pour mobiliser sur le tous ensemble. Même si on ne sait pas où l'on va, comment on y va, il s'agit de créer une confiance autour du collectif. C'est tout le chantier du corporate branding, érotiser le management comme disent les sociologues.

 

2- Quelles sont les nouvelles tendances en GRH concernant les solutions managériales ?
L'émiettement du travail (Georges Friedmann) et l'individualisation conduisent à un renforcement de l'autonomie des collaborateurs évalué davantage sur des résultats que sur des actions. Le manager devient un animateur du collectif, étymologiquement qui donne de la vie et pour cela il doit travailler sa contagion émotionnelle et sa capacité à devenir un storyteller. Mais la grande nouveauté est qu'il doit aussi apprendre à manager son supérieur.

 

3- Quelles seraient les compétences clés pour un manager dans ce contexte de new deal management ?

Il existe toute une série de compétences, la première est celle de veille pour comprendre les signaux faibles de son environnement pour saisir les opportunités, la deuxième serait la capacité à ré enchanter dans le temps les collaborateurs, la troisième serait plus classiquement la communication bienveillante pour être un superviseur dans la tempête ; mais la plus importante serait la cognition, être capable de gérer son intelligence émotionnelle quelque soit les situations et de transformer les problèmes en expériences apprenantes, autrement dit, se construire une éthique de vie professionnelle nouvelle.

Please publish modules in offcanvas position.